moonwalker_5077eb3e5be59

Dix ans après The Wiz, en 1988, Michael Jackson sort son second film. Ce projet est l’occasion de promouvoir l’album Bad sorti quelques mois auparavant, grâce aux short films qui le composent

Moonwalker est un film musical et fantastique  réalisé par Jerry Kramer et Colin Chilvers, sorti en décembre 1988. Tourné en 1987, en partie durant les sessions d’enregistrement de Bad, le film contient des clips de l'artiste :Leave Me Alone et Speed Demon et surtout le très célèbre Smooth Criminal.

Le film de 93 mn se déroule en 2 parties :

- Une première partie est consacrée au début de la star avec ses frères les Jackson 5, démarrant avec la chanson Man in the Mirror en live, puis continuant avec une rétrospective de sa  carrière depuis I Want You Back des Jackson Five jusqu'à Dirty Diana.

Vient ensuite une parodie de Bad jouée non pas par Michael Jackson et ses danseurs mais par des enfants où Brandon Adams y incarne l'artiste. À la fin du clip, des enfants agents s'empressent autour du jeune Michael pour lui annoncer son planning. Une mystérieuse fumée blanche apparaît pour laisser place au vrai Michael Jackson et ses agents. Le voyant en vrai, des personnages d'animations le pourchassent. Pour s'enfuir, Michael n'a qu'une solution : se déguiser lui-même en personnage d'animation (un lapin). C'est ainsi que démarre le clip Speed Demon , suivi de Leave Me Alone.

- La seconde partie est un moyen métrage  mettant en scène, aux côtés de Michael Jackson, Joe Pesci, Sean Lennon, Kellie Parker et Brandon Adams. Mis en scène dans le ranch de Michael Jackson, Neverland, il est truffé d'effets spéciaux et montre le combat du chanteur contre un parrain de la drogue joué par Joe Pesci.

Le final du film montre un enregistrement public de Come Together  par Michael Jackson, une reprise des Beatles  dont il venait d'acquérir les droits.

Le générique du film, "The Moon Is Walking", est interprété par le groupe vocal sud-africain Ladysmith Black Mambazo que le public international avait découvert grâce à l'album de Paul Simon, Graceland. Leur performance, très touchante et pleine de fraicheur, clôture d'une belle façon cette tapisserie musicale.

L'histoire

Pendant qu'ils jouaient ensemble dans une prairie, Michael, Kellie, Brandon et Sean perdent la balle avec laquelle ils jouaient, rattrapée par Skiper, leur chien. Cependant, Skiper rentre dans une forêt où un panneau indique « Warning Keep Out ». Sans y faire attention, Michael et Kellie s'engouffrent dans la forêt et aperçoivent une araignée sur une roche. Michael appuie dessus et une porte s'ouvre. Ils s'empressent d'y pénétrer afin de découvrir ce qu'il s'y trame. Les deux personnages découvrent Frankie Lideo (incarné par Joe Pesci) faisant des projets pour conquérir le monde entier avec sa drogue et ses principaux clients, les enfants. Il utilise pour cela des tarentules (la façon dont les tarentules interviennent sur les enfants n'est pas indiquée). À ce moment précis, Kellie en aperçoit une sur sa main et crie, ce qui aura pour conséquence d'alarmer Frankie Lideo qui envoie ses soldats à la recherche des deux intrus.

6529_1214693050195_1314874905_584980_1230674_n[1]

La suite de l'histoire montre une course-poursuite entre Michael Jackson et les soldats de Lideo. À trois reprises, une étoile filante passe aux moments les plus critiques pour Michael (première fois lorsqu'il est devant sa porte où les soldats lui tire dessus en masse, seconde fois où il est coincé dans un cul de sac, troisième fois lorsque Frankie tente d'injecter de la drogue sur Kellie) lui permettant de se transformer afin de pouvoir s'échapper.

Durant cette course poursuite, les enfants se rendent au Club 30, où Michael leur a donné rendez-vous. Ils y découvrent un club en ruine et un peu hanté (une boule de billard bouge toute seule lorsque Sean veut la toucher !). Ils s'empressent d'en sortir et voient une voiture se garer au coin de la rue puis se transformer en Michael Jackson qui pénètre dans le club. C'est ainsi que démarre le short-film Smooth Criminal. À la fin du clip, les deux garçons retrouvent Michael et lui annoncent que Kellie a été capturée (comme on pouvait le voir dans le clip). Ils essayent donc de la retrouver.

Pendant leur recherche, Michael tombe dans un piège et se fait immobiliser par les soldats qui lui font observer Mr Big frappant Kellie pour qu'elle se calme et qu'ils puissent lui injecter de la drogue (« La première fois est la meilleure », précise-t-il). À ce moment, une étoile filante passe et permet à Michael de se transformer en robot géant et de vaincre ainsi Mr Big et ses soldats. Les enfants hors de danger, Michael s'en va en volant (sous forme de vaisseau spatial). Les enfants sont alors tristes de voir Michael partir. C'est alors qu'ils aperçoivent une ombre près d'eux, cette ombre étant celle de Michael Jackson. Il leur annonce qu'il ne pouvait pas les laisser seuls, qu'ils lui avaient manqué.

Il décide donc de les emmener à nouveau au Club 30 où une fumée blanche vient les accueillir. Ils se retrouvent alors dans un endroit rempli de câbles électriques et découvrent que c'est une scène où Michael monte interpréter Come Together des Beatles.

bad4-1be92d1[1]

Un teaser de Moonwalker a été présenté hors-compétition au festival de Cannes en 1988.


Le film n'est jamais sorti en salles aux U.S.A. du à un problème de distribution mais directement en VHS. Il s'en est vendu près de 600 000 en un seul mois établissant ainsi un record de plus pour la star qu'il détenait déjà pour les ventes en VHS du making-of de Thriller.  

moon

Il est sorti au cinéma en France le 14 décembre 1988 (j’ai été une des premières à me ruer en salle pour le voir, en VO et VF, j’ai du le voir au moins 5 fois !!!)      

Moonwalker n’est pas vraiment un film au sens propre du terme, avec un vrai scénario mais plutôt une succession de panneaux, prétexte à des short films. Même dans la deuxième partie,  le scénario du moyen métrage est plus que léger !

Le film ne fait pas l’unanimité chez les critiques de cinéma. Il s’adresse surtout à des enfants et bien entendu aux fans ! Pour ces derniers,  d’ailleurs, il reste une œuvre où le King Of Pop peut s’exprimer : du monde féérique des enfants qu’il adore à la pression médiatique qu’il subit, tout transparait dans ce film symbolique pour  la star.

Au somment de sa gloire, Michael nous offre alors une œuvre cinématographique, lui dont le plus grand souhait était de se consacrer au septième art.

Si vous n'êtes pas un minimum fan de MJ, le film risque donc de vous laisser de marbre. Pour les autres, ce film ravivera d'excellents souvenirs car comme à peu près tout ce qui touche à l'oeuvre de MJ, Moonwalker représente un petit morceau de notre jeunesse.

 Fiche Technique

Réalisation : Jerry Kramer , Jim Blashfield

Scénario : Michael Jackson, David Newman

Musique : Michael Jackson, Bruce Broughton

Producteur : Franck DiLeo, Michael Jackson

Distribution : Lorimar Production et Warner Bros

Budget : 22 millions $

Pays d’origine : Etats-Unis

Langue : anglais

Durée : 93 minutes

Date de sortie : Décembre 1988

Les lieux de tournage du film ici

Le film a donné lieu à un jeu vidéo du même nom, sortis en 1990, en trois versions :  en borne d'arcade, consoles Sega, et ordinateur domestique.

jeu_arcade_michael_jackson_moonwalker

 

Source: Wikipédia