We-love-you-we-miss-you-michael-jackson-21341654-500-312

Il est un peu moins de 6h du matin, ce vendredi 26 juin 2009, lorsque je me lève, comme à mon habitude, pour débuter cette journée, qui doit être une journée de fête pour l’enseignante que je suis. C’est la fête de l’école mais bizarrement j’ai un mauvais pressentiment en mettant le pied par terre ce jour là….il pleut à torrent dehors et ma première réaction est « la journée commence mal » … j’étais loin de me douter que ce n’était rien à côté de ce qui m’attendait ……

La veille, je m’étais couchée vers 22h sans savoir qu’au même moment, quasiment, se déroulait un évènement qui bouleverserait le reste de ma vie….là bas à des milliers de kilomètres. Qui aurait pu imaginer d’ailleurs !!

-The-Magic-of-the-Bad-Era-michael-jackson-19148984-1280-1175

Michael est entré dans ma vie quand j’avais 12 ans. C’était l’époque Thriller. De mon petit poste de radio, j’écoutais Billie jean, et Beat It qui passaient en boucle. Comment y échapper, Michael avait envahi les ondes et moi j’étais déjà sous le charme de ce rythme, de cette voix. On le voyait partout également, dans les magazines pour ados qu’on se partageait avec mes sœurs, âgées d’un an et demi de moins que moi. Le phénomène Michael avait envahi la planète et était arrivée jusqu’à chez moi, dans ma chambre, aux confins d’un petit village de l’Oise !

Et puis un samedi soir, assise sur mon canapé, devant une émission des Enfants du Rock, j’ai découvert l’artiste. Michael n’était plus seulement une voix, une photo ou un clip passé au cours d’émissions de télé, mais il m’est apparu ce soir là comme un génie. J’avais insisté auprès de mes parents pour regarder absolument l’émission, qui passait en deuxième partie de soirée, et je ne l’ai pas regretté. Les images de son premier Moonwalk au Motown 25 et celles de sa carrière déjà bien remplie défilaient sur mon écran de télé. La magie a opéré et ça a été le coup de foudre ! 

Le-clip-Thriller-de-Michael-Jackson-devient-une-aeuvre-nationale_exact810x609_l

Je vivrais désormais le reste de ma vie avec Michael : sa musique, son histoire, sa personnalité, j’apprendrais tout de lui. Une adolescence à collectionner, à acheter, à espérer le rencontrer et le voir en concert…un rêve qui se réalisera finalement le 13 septembre 1992 à Paris, avec la venue du Dangerous Tour.  Vivre Michael, manger Michael, penser Michael ..….Il devient un ami, un frère, mon premier amour, une référence en matière de pensée et qui me guidera dans la vie. Sa musique, dans les bons comme dans les mauvais moments d’une vie d’adolescente, sera toujours là. Après aussi…

Mais être fan de Michael Jackson n’est pas toujours simple, surtout quand il devient la cible des médias. Il faut faire face aux remarques de ceux qui croient « ce qu’ils lisent dans les journaux ou voient dans les magazines » et petit à petit je me renferme, ne trouvant plus autour de moi que des gens qui le critiquent et ne comprennent pas cette passion. Mais je ne lâcherai pas car au plus profond de moi je sais qui il est.

L’entrée dans la vie d’adulte, le mariage et la maternité me feront vivre différemment cette passion. Mais elle est toujours là : même si je reste au fait de  l’actualité de Michael que lorsque mes rôles de jeune Maman et d’enseignante débutante, la même année, me le permettent, les albums qui sortent sont achetés tout de suite, les magazines Black & White sont dévorés aussitôt et je suis les années difficiles de Michael grâce aux quelques nouvelles qui m’arrivent. Internet n’a pas encore totalement envahi mon quotidien mais lorsque je découvrirais ce media, le nom Michael Jackson sera ma première recherche.

Et puis arrive ce 25 juin 2009 …. Enfin le 26 juin pour moi…

tumblr_lk4ve7eqlg1qa26dno1_500

Je me lève, j’allume la radio pour écouter les news et j’entends LA nouvelle de la nuit………. Une onde de choc me parcourt….

On dit que lorsque l’on est sur le point de mourir, on voit sa vie défiler. Ce n’est pas moi qui mourais ce jour là mais c’est exactement ce qui m’est arrivé. Les images de mon adolescence ont défilé à une vitesse inimaginable, j’ai revu tous ces moments en quelques secondes …je n’étais plus là mais repartie près de 30 ans en arrière. Le temps s’est arrêté l’espace d’un court instant et je n’entendais plus rien de ce que le commentateur racontait. Seuls à mes oreilles résonnaient les mots que je n’aurais jamais voulu entendre « Michael Jackson est décédé cette nuit ». Et puis le retour brutal à la réalité.

J’ai arrêté ce que je faisais, j’ai tout lâché et je me suis effondrée…. Non ce n’est pas moi qui mourrais ce jour là, mais une grande partie de moi venait tout de même de partir. Je savais que rien ne serait plus jamais pareil. Celui que j’ai aimé tout au long de ces années venait de nous quitter.

Je n’arrivais pas à le concevoir. Michael faisait partie de mon quotidien, de ma vie depuis tellement longtemps que jamais je n’avais envisagé que cela arriverait un jour. J’en avais oublié que c’était également un être humain !

Et pourtant, malgré le chagrin et les larmes, il a fallu tenir le coup. Assurer la journée qui était la journée des enfants à l’école. Je savais que Michael l’aurait voulu. J’ai pris mon courage à deux mains et je suis partie travailler. Je n’ai cessé de pleurer de toute la journée, jamais personne ne m’avait vue dans cet état, mes collègues, mes enfants … d’habitude si pudique et discrète, ce jour là, je ne pouvais pas m’en empêcher, la douleur était trop forte. Mais j’ai tenu.

Les jours qui ont suivi ont été très durs…à vrai dire je ne me souviens pas de grand-chose si ce n’est la douleur, le chagrin, les pleurs que je n’arrivais pas à contenir. J’ai perdu l’appétit et le sommeil, j’étais juste un zombie. Sa musique qui m’avait si souvent réconfortée me faisait mal…j’avais mal d’entendre cette voix qui m’avait fait vibrer pendant tant d’années et qui n’était plus. J’avais mal de voir ces images qui passaient en boucle à la télé et qui me rappelaient qu’il était parti rejoindre les anges ! Et surtout j’avais mal de voir que j’avais peu de soutien de mon entourage. Bien sûr on prenait de mes nouvelles, tout le monde savait à quel point il comptait pour moi, mais on ne comprenait pas que, les jours passant, je pleurais toujours. J’avais envie de parler de cette douleur mais pour tous la vie avait repris son cours après l’annonce de cette nouvelle…. Tous sauf moi. Et puis, pleurer une star …quelle idée !

A ma fille aînée, alors âgée de 12 ans, qui ne comprenait pas que je pleurais toujours, au bout de 24 heures, la disparition de « quelqu’un que je ne connais même pas », je n’ai pas su quoi lui répondre à part que je le connaissais beaucoup plus qu’elle ne le pensait. Si elle me lit aujourd’hui, j’espère qu’elle comprend désormais. En plus du peu de soutien de mes proches, j’ai du  faire face à l’incompréhension. J’avais l’impression de revenir plusieurs années en arrière lorsque être fan de Michael Jackson revenait à être considéré comme une "allumée" !!!

Devant cette incompréhension de mon entourage, j’ai cherché un peu de réconfort ailleurs. Un réconfort qui sera virtuel dans un premier temps, lorsque j’ai décidé de m’inscrire sur des forums et sur les réseaux sociaux mais grâce auquel je m’aperçois très vite que je ne suis pas la seule à souffrir de cette disparition. Timides au départ, mes interventions m’amèneront à prendre un peu plus d’assurance et à exorciser, un peu,  cette douleur que je porte en moi. Quelques une de ces relations virtuelles déboucheront sur des relations réelles voire des amitiés et m’ont permise de rencontrer des personnes formidables. La magie de Michael a encore du pouvoir finalement. Merci à  Isabelle, Laetitia, Lidwine, Richard, Sandrine, Daniel, Céline, Lalou et tant d’autres, qui se reconnaîtront, que Michael a mis sur ma route, et met encore régulièrement, et qui, eux, ont compris. Il n’est parfois pas besoin d’avoir de longues conversations pour comprendre les autres.

Cela fait désormais 6 ans que Michael est parti.  Je suis passée par plusieurs phases depuis : le déni, la colère, des tas de remises en question sur moi-même et sur ma vie car je comprenais qu’une partie de celle-ci s’était envolée. C’est toujours très dur mais il faut apprendre à vivre avec cette plaie béante, qui ne se refermera sans doute jamais. Apprendre également, mais surtout pouvoir mettre des mots sur une douleur qui a du mal à s’exprimer, apprendre à vivre avec des personnes qui ne comprennent toujours pas.

On dit que le temps efface la douleur mais j'ai l'impression que le temps me rappelle sans cesse qu'il manque  tellement à ce monde, qu'IL me manque. Sa musique me manque, son génie, sa gentillesse, son humilité, son amour des autres, sa générosité, son sourire me manquent….. Rien ni personne ne pourra jamais le remplacer. Le 25 juin 2009, la flamme qui était en moi s’est éteinte à tout jamais.

La peine sera toujours là car on n’oublie jamais quelqu’un qui a partagé notre vie si longtemps. Il a toujours eu une place spéciale…..tant pis pour ceux qui ne comprennent pas.

De temps à autre, les regrets font place à la peine … le regret de n’avoir pas réalisé mes rêves d’adolescente notamment et le regret de ne pas l’avoir plus soutenu dans les moments où il aurait eu besoin de la présence de ses fans. Je ne pourrai jamais revenir en arrière mais aujourd’hui, aussi petite que puisse être ma place dans ce monde, je veux continuer à faire vivre son art, à honorer son nom et faire en sorte qu’enfin un jour on le voit tel qu’il était vraiment…un être humain magnifique doué d’un talent hors du commun

J’espère juste désormais qu’il a enfin trouvé la paix qu’il mérite.

Merci Michael d’être venu illuminer le monde, mon monde, de ton génie. Je ne peux qu’être fière d’avoir pu vivre ces moments. J’aurais tellement voulu qu’ils durent plus longtemps.

Tu me manques tant…… <3

TVGE68