numérisation0005

numérisation0006

L'ombre élusive

Bien que j’ai voyagé très loin
La porte de mon âme était restée entrouverte
Dans l’agonie de la crainte mortelle
Ta musique je ne l’ai pas entendue
A travers les routes tortueuses qu’était l’allée de la mémoire
J’ai porté ma croix dans la douleur

C’était un voyage de folie,
D’angoisse née dans la tristesse
J’ai erré ça et là
Reculé au moindre souffle
A la recherche de ce nectar volé ;
Dans mon cœur ce sceptre perdu depuis longtemps
Dans tous ces visages hantés
Je cherchais mon oasis

D’une certaine façon, c’était dans une folie d’ivresse
Une cruelle hystérie, une brume floue
Bien des fois j’ai essayé de briser
Cette ombre qui me suivait et que je ne pouvais secouer
Bien des fois dans la foule bruyante
Dans la bousculade et le remue-ménage d’un vacarme si fort
Je regardais furtivement en arrière pour voir sa trace
Je ne pouvais la perdre n’importe où

Ce fut seulement quand je brisai tous mes liens
Après le calme des cris assourdissants
Dans les profondeurs de ces soupirs lourds de sens
La tristesse supposée d’un millier de mensonges
Je te fixai soudain dans ton regard fougueux
D’un seul coup je trouvai mon but
L’ombre élusive était mon âme.