numérisation0009

numérisation0010

Petite fille sage

Je connais une petite fille sage qui ne peut pas marcher. Elle est confinée dans un fauteuil roulant, et elle pourrait passer le reste de sa vie ainsi, depuis que les médecins ont perdu presque tout espoir de faire mieux pour ses jambes paralysées.
La première fois que j’ai rencontré cette petite fille sage, elle me lança un sourire qui m’enflamma de son bonheur éclatant. Comme elle était ouverte à tout ! Elle ne s’apitoyait pas sur elle-même et ne réclamait pas d’approbation ou d’autoprotection contre une quelconque honte. Elle se sentait complètement innocente sur le fait qu’elle ne pouvait marcher, comme une poupée qui n’a aucune idée de sa véritable nature.

Elle ne portait aucun jugement sur elle-même. C’était sa sagesse.
J’ai vu le même regard de sagesse dans d’autres enfants, de « pauvres » enfants comme la société les voit, parce qu’ils manquent de nourriture, d’argent, d’un domicile sûr, ou de soins sanitaires. Dès qu’ils atteignent un certain âge, beaucoup de ces enfants comprennent à quel point leur situation est mauvaise. La façon dont les adultes les regardent leur enlève cette innocence première qui est si précieuse et si rare. Ils commencent à croire qu’ils devraient se sentir mal au regard de leur état. C’est ça qui est « bien ».

Mais cette petite fille sage, qui avait seulement quatre ans, planait au-dessus de la pitié et de la honte tel un moineau insouciant. Elle a pris mon cœur dans sa main et l’a rendu aussi léger qu’une boule de coton, aussi il était impossible pour moi de ne serait-ce que commencer à penser « Quelle chose terrible » Tout ce que je voyais c’était de la lumière et de l’amour. Dans leur innocence, les très jeunes enfants se connaissent en tant que lumière et amour. Si nous voulons le leur permettre, ils peuvent nous apprendre à nous voir de la même façon.

Un éclat du regard d’une petite fille contient la même connaissance que la Nature implante dans le cœur de toute forme de vie. C’est le secret silencieux de la vie, qui ne peut être retranscrit par des mots. Il sait simplement. Il connaît la paix et comment ne pas blesser. Il sait que même le dernier souffle est un geste de gratitude du Créateur. Il sourit d’être en vie, attendant patiemment que les temps d’ignorance et de chagrin passent comme un mirage.

Je vois cette connaissance qui se révèle dans les yeux de plus en plus d’enfants, ce qui me fait penser que leur innocence croît en force. Ils vont nous désarmer nous les adultes, et cela suffira à désarmer le monde. Ils ne voient aucune raison de gâcher l’environnement, et aussi l’environnement sera nettoyé sans la moindre querelle. Une petite fille sage m’a parlé du futur quand elle m’a regardé, remplie de tant de paix et de contentement. Je me réjouis en lui faisant plus confiance que n’importe quel expert. Aussi vrai que la lumière et l’amour dissipent la culpabilité et la honte, sa prophétie se réalisera.