Après avoir suivi quelques années The Five Stairsteps sur le Chitlin Circuit, Chappy Johnson, qui travaille alors pour une radio de Philadelphie (Pennsylvanie), rencontre les Jackson 5 lors de l’un de leur passage à l’Apollo Theater de New York. Il raconte au site michaeljacksonreel.weebly.com son expérience et ses souvenirs auprès du groupe peu de temps avant qu’il ne devienne célèbre avec la Motown.

chappy Johnson

Après avoir commencé à travailler à la radio, comment avez- vous rencontré les Jackson Five?

J’avais l’habitude de me rendre à une station de radio appelée WDAS-AM à Philadelphie et grâce aux personnes qui y travaillaient, j’étais en relation avec certains artistes. J’y allais tous les jours, après l’école et j’ai finalement obtenu un petit boulot là bas : j’aidais à du travail de bureau, je faisais des photocopies, j’apportais le courrier à la poste et d’autres bricoles. Je faisais cela juste pour côtoyer les disc-jockeys qui avaient des contacts avec les stars et parce que je voulais travailler dans le monde de la musique, c’était une façon de se faire une place. Les disc-jockeys me présentaient à des artistes et c’est ainsi que j'ai rencontré The Five Stairsteps. C’était l’un des premiers groupes familiaux de soul, comme les Jackson Five.

J’ai passé environ trois ans avec The Five Stairsteps. Au cours de la troisième année [en juin 1969], nous avons eu un spectacle à l’Apollo Theater de New York et les Jackson Five faisaient aussi partie du spectacle. A l’époque lorsque vous faisiez un show, c’était pour plusieurs jours. Les Jackson Five étaient donc là pendant plusieurs jours pour faire leur spectacle et les Five Stairsteps finissaient le leur. Et je me souviens qu’avec les Five Stairsteps, on a regardé le show des Jackson Five pour la première fois du balcon. (En fait, ce même jour était le dernier jour des Five Stairsteps sur scène et la soirée d’ouverture des Jackson Five). Nous les avons regardés et après le spectacle, nous sommes allés en coulisses pour les voir. Lorsque nous nous sommes rencontrés cette première fois, les Jackson se sont moqués de moi à cause des chapeaux et d’autres choses que je portais (rires)... A l’époque, les Jackson Five portaient ce qu’on appelait des vêtements Mod  et ces vêtements ne ressemblaient pas trop au style hippie que j’avais, ils étaient assez différents.

A partir de ce moment, Michael et moi avons tout de suite accroché. Il trouvait vraiment intéressante la façon dont je portais ces hauts et ces chapeaux, et ils plaisantaient tous avec moi.

apollo june 1969 stairsteps

Photo: j5collector.blogspot.fr

De quelle manière WDAS-AM a joué un rôle dans la carrière de Jackson Five?

Le jour où nous avons rencontré le groupe et Joe Jackson, c’était la fin de nos spectacles avec les Five Stairsteps, mais les Jackson Five eux, commençaient. Les Stairsteps sont rentrés à Chicago, mais au lieu de repartir à Philadelphie, je suis resté avec les Jackson. Lorsque leurs spectacles se sont terminés, ils n’avaient pas d’autres engagements et devaient rentrer chez eux. Mais j'étais toujours aussi excité à leur sujet alors j'ai appelé la radio, je suis entré en contact avec un de nos DJ, et je lui ai dit: "Mec, tu dois voir ce groupe, les Jackson Five! Ils sont extraordinaires! Le public en est dingue et ce gamin, Michael, il est incroyable! Il danse et chante, et sait tout faire!"

Le DJ et tout le monde à la radio, à mon retour, étaient vraiment partants, alors que les Jackson Five n’avaient même pas encore sorti de gros succès. Ils avaient enregistré un disque bien avant que je ne parle d’eux à la station de radio, mais c’était simplement un titre qui passait dans la région de Chicago. Et à l’époque donc, personne ne savait rien sur eux sauf s’ils avaient vu leurs spectacles ou avaient entendu parler d’eux par ceux qui les avaient vus.

Je me souviens à quel point les budgets étaient serrés pour les Jackson Five, et j’ai donc travaillé très dur pour convaincre WDAS à propos de ce groupe. La station de radio croyait en moi et me faisait confiance quand je leur parlais de certains talents. Ils disaient : "Chappy a une bonne oreille et il est vraiment talentueux." Et ils ont donc fait venir les Jackson Five à WDAS. Je suis entré en contact avec Joe, et le promoteur est entré en contact avec Jimmy Bishop et Georgie Woods à Philadelphie, qui étaient alors les maîtres incontestés de la radio, et ils ont organisé tous les spectacles. Ils ont dit, "Ok, on va donner un coup de main et les faire venir." Grâce à WDAS, Philadelphie a eu les Jackson Five.

Dans tes souvenirs, comment était-ce d’être sur la route avec les Jackson Five et leur équipe avant la Motown?

Je me souviens qu'ils ont fait un spectacle tous les soirs pendant onze jours d’affilée pour 10.000 dollars. Cela faisait à peu près 900 dollars par jour, mais il y avait les Jackson Five, le batteur Johnny Jackson, Ronnie Rancifer à l'orgue, et Joe et son frère Luther. Ce n’était donc pas énormément d’argent quand il fallait nourrir toutes ces bouches et loger tout le monde à l’hôtel pour onze jours. Ils ont gagné un peu d'argent, mais pas beaucoup. Mais, c’était génial et je suis finalement resté avec le groupe et je les ai aidés durant ces onze jours.

Comment cela se passait-il dans la vie de tous les jours et en coulisses ?

La façon dont nous avions disposé la chambre d'hôtel pour faire en sorte que tout le monde puisse dormir était si drôle. Nous étions environ dix personnes, moi compris, et nous n'avions que quatre chambres d'hôtel. Ronnie, Johnny et Jackie logeaient dans une chambre, et Jermaine, Michael et moi étions ensemble. Comme nous ne disposions pas suffisamment de lit pour tout le monde, nous avions mis les matelas sur le sol et chacun dormait sur une partie du matelas.

Et quand nous sommes allés à New York, à l'Apollo Theater, on a voyagé dans le van de Joe. Chaque jour, Joe venait à l'arrière de la camionnette et il faisait des sandwiches de Bologne avec du fromage pour tout le monde. Parfois, on mangeait au McDonald, mais avec toute cette nourriture rapide, personne ne mangeait vraiment très bien et j'ai fini par être malade. Ces gamins étaient minces et je cherchais à maigrir. Je n’étais pas gros mais les Jackson étaient un peu plus minces que moi et je voulais être comme eux, et je ne mangeais que très peu. A cause de cela, j’avais des maux de tête, je prenais beaucoup d’aspirine, et je suis tombé malade. Mais, tout ce temps passé ensemble a été tellement amusant. Nous avons partagé notre amour pour la musique et on a aimé être ensemble.

Comme je suis tombé malade, mes parents m’ont fait rentrer à la maison et j’ai laissé tomber la route. Les quitter a été très difficile parce qu’on s’amusait bien, mais cela m'a permis de me détendre et de réaliser ce que je voulais faire de ma vie. L'industrie de la musique était vraiment mon objectif.

Michael et ses frères ont été tellement supers et ces onze jours avec eux étaient incroyables. Nous étions amis. Je ne pourrai jamais oublier cette époque parce qu’on a passé de bons moments ensemble.

ladder

Les Jackson 5 en 1969

As-tu des histoires drôles avec les Jackson Five à partager durant la période à l'Apollo Theater?

Tout d' abord, tout ce dont vous avez déjà entendu parler à propos des Jackson comme étant des farceurs est vrai. C’est la vérité absolue! Michael et Marlon étaient vraiment espiègles, ils ne voulaient pas faire de mal, mais ils en faisaient un peu, des mauvaises choses qui étaient tellement drôles. Jermaine, Marlon, Michael et moi on avait l’habitude de se rendre à l'arrêt de bus entre deux spectacles pendant la journée, et l'arrêt de bus était vraiment bondé. J’emmenai les garçons dans le centre ville lorsqu’ils avaient été payés pour leur spectacle et nous prenions les transports en commun (rires) ... Imaginez: les Jackson Five qui prenaient le bus et personne ne savaient qui ils étaient! Eh rappelez-vous, Michael et Marlon étaient de grands farceurs.

Vous avez déjà vu des personnes debout à un arrêt de bus, il peut y avoir du monde ? Et ce jour-là c’était le cas. C’était bondé, les gens attendaient le bus. Après que Michael et Marlon soient montés dans le bus, ils ont fait quelque chose de trop drôle. Lorsque le bus est reparti, Michael nous a dit: "Mettez tous votre bras par la fenêtre et laissez le comme ça!" Sans savoir ce que Marlon et Michael voulaient faire et pourquoi on le faisait, nous avons passé notre bras par la fenêtre et quand le bus a commencé à bouger, nos mains ont giflé les visages de ceux qui attendaient! (rires) ... C’était horrible quand j’y repense maintenant, mais c’était tellement drôle! Et je ne savais pas pourquoi ils voulaient que nous mettions notre bras par la fenêtre (…) (Rires) ... Tous ces gens criaient quand le bus est reparti et on a tellement rigolé! On était plié en deux sur le sol à rigoler! C’était trop drôle.

Vous savez, ce genre de petits souvenirs sont tellement spéciaux pour moi aujourd'hui parce que nous passions de bons moments, on profitait. J’ai fait ma carrière, les Jackson Five aussi, mais nous avons grandi ensemble. Ce n’est pas comme si j’avais été en admiration devant eux. Nous étions des enfants, de jeunes adolescents et des adultes, et nous vivions l'instant, à la poursuite de nos rêves.

Tout cela s’est passé peu de temps avant qu’ils ne découvrent le succès chez Motown. Les Jackson Five avaient déjà signé avec Motown, mais ils continuaient de se produire sur le circuit Chitlin et personne ne savait qui ils étaient. Quand j’y repense, cela me semble tellement drôle parce qu'ils ont été connus dans le monde entier pendant de nombreuses années, mais c’était avant qu'ils soient vraiment célèbres. Trois ou quatre mois plus tard, ils étaient le groupe le plus chaud du pays avec Motown Records. Une fois que I Want You Back est sorti, ils ont été connus partout. Cette histoire dans le bus est arrivée seulement quelques mois avant!

Source: michaeljacksonreel.weebly.com (traduction: onmjfootsteps)