Le numéro 12 du magazine Invincible qui aurait du sortir ce mois-ci ne sera malheureusement pas disponible.

Picadilly, la société qui éditait jusqu'alors Invincible Mag a décidé d'arrêter au mois d'avril la publication de ce magazine que les fans aimaient retrouver en kiosques ou directement chez eux. 

Invincible fera son retour d'ici quelques mois grâce à l'association MJStreet. En attendant, Richard Lecocq, le président de MJStreet vous livre sur le site mjstreet.fr toutes les explications concernant ce changement et la future publication des photobooks Short Films annoncée par Picadilly.

couv

Bonjour à tous, Je suis Richard Lecocq, rédacteur en chef d'INVINCIBLE magazine. Je prends la parole pour vous expliquer pourquoi votre magazine ne se retrouve pas en kiosques ou dans vos boîtes aux lettres en cette fin du mois de juin.

PICCADILLY ARRÊTE INVNCIBLE MAGAZINE : POURQUOI ?
Au début du mois d’avril 2017, Monsieur Olivier Chalumeau, dirigeant de Piccadilly Publishing et directeur de la publication (notamment pour INVINCIBLE magazine), m’annonce qu’il ne peut plus éditer le magazine. Les raisons de cet arrêt sont financières. Au moment de l’arrêt du magazine par Piccadilly, plusieurs pigistes n’avaient pas encore été réglés pour leurs articles publiés dans des numéros parus en 2016. Idem pour l’imprimeur et moi-même.

Lorsque M. Chalumeau m’annonce que Piccadilly stoppe le magazine, il me conseille de créer une association loi 1901 à but non lucratif afin de reprendre le titre. Je sais à quel point INVINCIBLE est un projet important aux yeux des fans, mais aussi nécessaire pour aider à faire rayonner l’héritage artistique de Michael Jackson.

L’idée de créer une association est certes astucieuse, mais elle ne s’affranchit pas de certaines contraintes. En tant que rédacteur en chef, je quitte mes fonctions au sein de Piccadilly et me consacre à la création d’une association qui permettra de gérer le magazine et d’autres projets.

CRÉATION DE L’ASSOCIATION MJStreet
Dans un premier temps, je réunis l’équipe du magazine, le noyau dur avec qui j’ai pu créer chaque numéro. Tous, sans exception, acceptent de me suivre dans ce virage décisif. Avec François Allard et Rachel Houdas, nous tombons assez rapidement d’accord sur la base de l’association qui nous permettra de continuer notre travail et notre souhait de valoriser un héritage, qui, décidément, aux yeux de certains reste perçu comme un produit d’appel ou une potentielle poule aux œufs d’or.

Rachel, François et moi sommes en activité dans le monde jacksonien depuis de nombreuses années, bien avant la création d’INVINCIBLE. Aujourd’hui, ce magazine nous permet de conjuguer nos compétences, et le retrait de Piccadilly est une zone orageuse que nous sommes prêts à traverser pour avancer.

Nous nous mettons d’accord sur le nom et le concept de l’association. Elle s’appelle MJStreet. Il s’agit d’un nom qui existe depuis 2004 et qui était donné à un forum que j’ai animé avec mes amis de longue date François Allard, Arnaud Da Costa et Julien Ombredane. Si le forum MJStreet avait fini par fermer ses portes (un phénomène normal lorsque l’on sait à quel point les forums sont désertés au profit des réseaux sociaux de nos jours), nous sommes toujours restés en contact et avons collaboré à de nombreuses reprises sur des projets ponctuels. Arnaud a, par exemple, pris les photos lors de l’événement "Dangerous 25" avec Vincent Paterson à Pierre Bénite.

En créant l’association, nous trouvons en Willy Ippolito des conseils avisés quant à la rédaction des statuts. Tous les textes et éléments réunis, nous déposons notre demande pour créer l’association. Les délais pour obtenir la parution au journal officiel sont de quatre semaines, parfois plus. Notre cas est un cas comme un autre. Nous n’avons pas de baguette magique pour accélérer ce type de processus. C’est ainsi que l’association MJStreet voit officiellement le jour fin mai. La parution au Journal Officiel nous permet à présent de formuler des demandes pour obtenir un compte bancaire. Nous avons rencontré plusieurs établissements et en avons enfin retenu un. Les choses se mettent en place, doucement et sainement.

AU SUJET D’INVINCIBLE #12
Parallèlement à la création de l’association, la question du financement de la fabrication du numéro 12 et de sa distribution restent à résoudre. En prenant contact avec Imago, l’imprimeur qui s’occupe du magazine depuis plusieurs numéros, j’apprends que nous devons débourser en peu de temps pas moins de 8000 euros pour lancer la production et la livraison du magazine. Afin de mettre fins à certaines rumeurs qui ont passionné certains de nos détracteurs les plus motivés, ni moi ni aucun autre contributeur du magazine ne sommes milliardaires ou même millionnaires. L’association MJStreet à peine née, elle ne dispose tout simplement pas d’un tel budget pour financer le douzième numéro d’INVINCIBLE. C’est un constat logique, et qui, apparemment, n’avait que très peu concerné M. Chalumeau en décidant de stopper le magazine à une date finalement si proche de la sortie du numéro du mois de juin.

En l’état, il nous paraît fortement déraisonnable d’envisager sortir le 12ème numéro d’INVINCIBLE dans un contexte si compliqué et qui ne peut s’affranchir des réalités économiques les plus simples et implacables. Si l’idée de lancer un « crowdfunding » pour rassembler cette somme a pu être évoquée lors de mes échanges avec François et les autres membres de MJStreet, nous l’avons mise de côté pour l’instant : il est en effet inconcevable de solliciter nos lecteurs, alors que des abonnements et des commandes et enregistrés par Piccadilly ne sont toujours pas remboursés.

AU SUJET DE LA MARQUE INVINCIBLE
En juillet 2016, M. Chalumeau et moi avons déposé le nom "INVINCIBLE Magazine – le magazine du Roi de la Pop" à l’INPI. Cela permet de protéger le nom et la marque du magazine. Au moment de la cession du magazine, M. Chalumeau m’annonce à l’oral qu’il me laisse la parenté totale du nom. Un premier contrat de cession est rédigé et ne fait pas état des droits liés au nom INVINCIBLE. Lorsque j’annonce à M. Chalumeau que je ne souhaite finalement pas récupérer le stock du magazine, il rédige un autre contrat et pose ses conditions par email concernant le nom du magazine avec les trois choix suivants:

  • Je dois racheter les parts du nom en lui faisant une offre (offre que je lui ai formulée mais qui est restée lettre morte)
  • MJStreet doit lui reverser tous les bénéfices générés par la marque
  • M. Chaumeau s’oppose à la publication du magazine

Cette proposition est arrivée dans un contexte de plus en plus houleux. Les relations entre M. Chalumeau et nous se sont grandement dégradées en peu de temps. En reprenant le magazine au nom de MJStreet, j’embarque avec mois l’équipe entière. Lors de mes échanges par mail avec M. Chalumeau, je plaçais systématiquement les membres du bureau de MJStreet en copie, tout simplement car nous agissons de façon collégiale. M. Chalumeau a très souvent préféré ne répondre qu’à moi, en mettant de côté de façon volontaire ou involontaire (je laisse le bénéfice du doute) le reste de l’équipe. Au bout de plusieurs emails, un dialogue semble enfin naitre. Certains membres de MJStreet proposent une rencontre avec M. Chalumeau afin de discuter sainement et de poser les choses à plat. À titre personnel, l’idée me semblait intéressante, mais je sens et sais que notre interlocuteur ne saisira pas l’occasion. La réponse de M. Chalumeau confirme mon intuition : il refuse toute rencontre, et depuis le 31 mai 2017, nous restons sans nouvelles de lui et de Piccadilly. Dans la même période, il a supprimé le site web invincible-mag.com sans nous laisser l’opportunité de récupérer sainement le contenu que nous avions créé François Allard, Johanna Alam et moi. J’ai également constaté que la page Facebook de Piccadilly est désormais fermée. Pour en revenir au nom du magazine, INVINCIBLE, nous allons faire le nécessaire pour le conserver.

MJSTREET ET  INVINCIBLE : L’AVENTURE CONTINUE
Avec les membres de MJStreet, nous prenons le temps de réfléchir à la suite de nos aventures. Comme expliqué plus haut, il est évident que la parution du numéro 12 est trop risquée car engagée dans un contexte trop tumultueux. Ce sentiment et ce constat sont d’ailleurs partagés par les différents acteurs qui jusqu’à présent font partie de l’aventure du magazine.

En tant qu’association, il nous reste à définir un cadre financier et une logistique solides, en toute transparence. J’avance aujourd’hui avec un bureau composé des personnes suivantes : Rachel Houdas (secrétaire), François Allard (secrétaire adjoint), Martine Arambol Lecocq (trésorière) et Willy Ippolito (trésorier adjoint). Martine avait déjà participé de façon bénévole à de nombreux projets et a aidé de façon totalement gracieuse Piccadilly et M. Chalumeau pour la gestion et l’envoi des commandes.

 Ces dernières semaines, j’ai pris le temps de rencontrer les différents intervenants de la chaine de production d’INVINCIBLE. Nous explorons les pistes pour que le magazine réapparaisse et rayonne comme il se doit. Il est hors de question pour nous d’annoncer un projet sans que la trésorerie ne soit prête. Si cela a été le fonctionnement de certaines structures qui ont su solliciter notre expertise sans se soucier de la valoriser de façon juste et équitable, sachez qu’il ne sera pas le notre.

L’avenir est déjà là. Certains projets que nous souhaitions développer avec Piccadilly cette année verront le jour autrement, et en temps voulu. Malgré ce contexte assez difficile, nous avons continué de travailler sur le contenu du magazine. Ce numéro 12, nous l’avons conçu et créé comme les numéros précédents. Il ne verra pas le jour sous forme physique. Si nous avions eu la trésorerie pour lancer l’impression et la diffusion d’INVINCIBLE #12nous l’aurions fait sans hésiter. Nous avons au final préféré la sagesse et la prévoyance à l’action non réfléchie. Dans les semaines à venir, nous vos proposerons les articles et dossiers préparés pour ce numéro si spécial du mois de juin.

INVINCIBLE #12 n’est pas dans les kiosques ou dans vos boîtes aux lettres, mais l’équipe entièrement responsable du succès de magazine reste active. Comme très souvent lorsque nous croisons la route de tierces personnes non issues de notre communauté et qui souhaitent travailler autour de l’œuvre de Michael Jackson, nous nous rendons compte que nous étions là avant eux, et que nous serons là après eux également. Rien n’est acquis, et tant que nous en aurons l’occasion, d’une façon ou d’une autre, nous continuerons de valoriser l’héritage du Roi de la Pop.

Je tiens à remercier tous les lecteurs d’INVINCIBLE. Sans vous, le magazine n’aurait pas pu briller pendant trois belles saisons dans les kiosques. Gardez à l’esprit que c’est un exploit, surtout lorsque l’on connaît la mauvaise santé de la presse écrite ces derniers temps. Merci également à toutes les personnes qui ont contribué, de près ou de loin, à ces trois saisons.

Les mois qui vont venir seront consacrés à la préparation du retour du magazine dans sa forme classique. C’est une épreuve décisive et qui ne sera pas de tout repos, mais nous tenons à ce que le magazine soit à nouveau disponible pour les fans. Par ailleurs, via l’association MJStreet, nous solliciterons l’avis des fans de façon directe pour l’élaboration de nos nouveaux projets (magazine, événements etc).

INVINCIBLE et MJStreet sont là pour continuer à vous proposer du contenu et des projets consacrés à Michael Jackson. L’été arrive, et il est temps pour tous de recharger nos batteries. Nous sommes présents plus que jamais sur le net, terrain qui nous a permis à tous – je pense surtout à François Allard et à Rachel Houdas – de faire nos premiers pas. Il reste encore un tas de choses à dire et à vivre concernant Michael Jackson. HIStory continues, tout simplement…

Richard Lecocq pour MJStreet

Note : Ce message a été rédigé en concertation avec les membres du bureau de l’association MJStreet. 

inv12preview_001-700x571

Voici ce qu'aurait du être la couverture du numéro 12 d'Invincible Magazine

Vous êtes nombreux à vous poser des questions au sujet des photobooks Short Films promis par Piccadilly. Voici les derniers éléments en date que l'équipe de MJStreet tient à sa disposition.

PHOTOBOOKS "SHORT FILMS" ET ABONNEMENTS À INVINCIBLE MAGAZINE
Le projet Photobook "Short Films" est le dernier que j’ai réalisé pour Piccadilly. Je l’ai conçu sur une demande formulée par M. Chalumeau pour Piccadilly. À plusieurs reprises je lui ai demandé s’il souhaitait réaliser ce projet car il nécessitait un dossier iconographique solide (et donc couteux), avec des photos rares et inédites. À chaque fois, il m’a assuré que tout était ok. C’est sur cette base que j’ai créé la maquette de ce photobook avec Maxime Prieux, l’infographiste qui avait déjà mis en page le numéro 11 d’INVINCIBLE. M. Chalumeau a mis en route les précommandes en présentant les deux volumes vendus séparément et aussi sous la forme d’un "bundle" spécial.

Malheureusement, alors que les premières commandes arrivaient, j’ai vite appris que l’argent perçu a été utilisé pour régler entre autres, des créanciers. La trésorerie n’a donc pas servi à lancer l’impression du volume I, annoncé fin mars, puis décalé en mai et maintenant annoncé pour juillet 2017. Lorsque j’avais encore accès au dossier, l’imprimeur, Imago, n’avait pas souhaité donner d’accord à Piccadilly pour mettre en place l’impression du premier tome. À ce jour, des éléments que j’ai à ma disposition, ce projet reste dans les cartons.

Maxime et moi sommes très fiers d’avoir conçu ces pages. J’avais réussi à négocier des clichés rares de Michael Jackson auprès de l’agence Starface, qui gère les droits des photos de Mr Sam Emerson. Certains de ces clichés ont depuis fuité sur le net, comme cela arrive très souvent. Il n’en demeure pas moins que les pages de ce photobook sont un hommage touchant à Michael Jackson, le visionnaire et le créateur de courts métrages que des artistes finalement plus suiveurs que leaders (comme Madonna par exemple) n’ont jamais réussi à égaler.

À ce jour Piccadilly annonce la sortie du premier tome du projet "Short Films" le 17 juillet. J’espère pour tous les fans que cette date sera tenue et la promesse honorée. Dans le cas inverse, il existe tout un cadre légal qui permettra aux personnes ayant précommandé ces ouvrages de faire valoir leurs droits, avec les sanctions logiques pour Piccadilly. Cette remarque vaut également pour les abonnements que Piccadilly assure solder ou compenser dans la dernière communication que la société a envoyée aux fans.

Je vous rappelle à toute fin utile l’adresse postale de Piccadilly (également présente à l’intérieur du magazine) si vous souhaitez les contacter pour obtenir des informations sur vos commandes en cours :

Piccadilly
À l’attention d’Olivier Chalumeau
44, avenue Aubert
94300 VINCENNES

Je tiens aussi à préciser que je n’ai réalisé que le volume I de ce projet Photobook. Lorsque j’ai quitté Piccadilly, le contenu du volume II n’était pas encore créé. Je ne sais donc pas si ce Photobook sera réalisé, et si oui par quelle(s) personne(s).

114953432

LES ANCIENS NUMÉROS : "LE STOCK"
Lorsque M. Chalumeau me propose un contrat de cession pour récupérer le magazine INVINCIBLE, il m’annonce qu’il souhaite nous (MJStreet) céder le stock, à titre de compensation. Il m’explique que la vente des anciens numéros nous aiderait à financer les envois des magazines à venir. Il fait référence au même stock qui, selon ses dires, ne se vend plus, ou presque plus. C’est un paradoxe que je n’ai pas réussit à résoudre. Comment un stock qui ne se vend plus peut nous aider à financer les envois des futurs numéros? Même si une actualité jacksonienne peut susciter un intérêt ponctuel autour de ces anciens numéros, cela ne suffirait pas à nous fournir la trésorerie nécessaire. Sans oublier que, de son côté, Piccadilly a encaissé des abonnements dont certains d’entre eux ne sont toujours pas soldés.

Concernant ces abonnements à honorer en totalité ou en partie, j’ai proposé à M. Chalumeau de transférer à l’association MJStreet la somme correspondant aux abonnements restants (au prorata bien entendu). Il a refusé cette option. Dans l’état, je ne vois aucun intérêt à garder le stock, sentiment partagé par toute l’équipe de MJStreet. J’ai décidé donc de refuser le stock et en ai informé M. Chalumeau, l’invitant à en faire ce qu’il en souhaitait. M. Chalumeau a décidé de le détruire. Il aurait pu en garder une partie pour tenter de le vendre à son tour. Ce n’est pas le cas c’est ainsi que le stock des anciens numéros d’INVINCIBLE est, selon les dires de M. Chalumeau, parti au pilon.

L’équipe de MJStreet ne manquera pas en tout cas, dans la mesure du possible, de vous tenir au courant si nous arrivons à obtenir de nouveaux éléments. Nous espérons vivement que ce projet géré par Piccadilly arrivera à bon terme.

Retrouvez l'intégralité de ces explications sur le site mjstreet.fr