La chaîne française ne diffusera pas le documentaire dans sa nouvelle émission Contre-Enquête mais sous un autre format. Elle compte adopter un angle moins "journalisme", plus "fiction" pour obtenir plus d’audience. Admettrait-elle que Leaving Neverland ne répond pas à ses obligations déontologiques ? A-t-elle (enfin) mené sa propre contre-enquête ou, à l’inverse, projette-t-elle de le diffuser dans une case a part, pour tenter de créer le buzz ?

Annoncé à grands coups de clairons par M6, le documentaire Leaving Neverland ne passera finalement pas au début du mois de mars 2019, alors que la chaîne française a acheté les droits exclusifs de cette émission choc. Mais à une date ultérieure.

Le plan initial de M6 était de diffuser ce film très controversé comme premier reportage de sa nouvelle émission de reportage Contre-Enquête. Pour s’assurer une belle promotion avant la diffusion, la chaîne avait convié la presse française à une diffusion exclusive le jeudi 21 février à 9h30 à Paris. Mais surprise : deux jours avant, les journalistes ont été informés d’un changement de dernière minute. Leaving Neverland sera diffusé à une date… non définie. A la place, la chaîne placera dans l’urgence un Contre-Enquête spécial Nordhal Lelandais. Les journalistes qui se sont présentés le 21 n’ont donc pas vu le documentaire sur Michael Jackson.
Pourquoi cette "marche-arrière" étonnante alors que les réseaux sociaux et certains médias ne parlent que de Leaving Neverland et que les premières images du trailer sont diffusées ?

Construit à charge seulement

Le projet de M6 avec cette nouvelle émission (Contre-Enquête) est de proposer "un magazine qui revient sur des affaires connues, des faits divers, des faits de société et qui apporte un éclairage nouveau" avait déclaré aux médias Frédéric de Vincelles, le directeur des programmes de M6.

Seulement voilà, Leaving Nerverland ne donne la parole qu’aux deux accusateurs et leur famille, sans vérification des faits, sans interviews de proches ou de jeunes qui démentent tout acte répréhensible par la star. Comme le souligne Richard Roeper, journaliste du Chicago Sun Time, ce reportage ne contient "aucune preuve audio ou vidéo de crime" et "par moment, il ressemble plus à une déposition à charge qu’à un documentaire, puisqu’il ne donne la parole qu’à une partie, encore et encore"… Les deux accusateurs ont longtemps défendu Michael Jackson, y compris à l’âge adulte et sous serment devant les tribunaux américains. Et ils ont intenté une action pour gagner des millions auprès de la succession du Roi de la Pop. Une action jugée peu crédible par la justice américaine.

"Pas assez déontologique"

Il semblerait donc que M6 ait pris conscience que le documentaire Leaving Neverland est une propagande gigantesque pour les deux accusateurs et ne tient pas la route en tant que tel.Trop à charge, pas assez de vérifications, pas de points de vue différents. Bref, Leaving Neverland serait l’inverse des grands standards du journalisme et n’entrerait donc pas dans le format de Contre-Enquête qui se la joue "grand journalisme". M6 pourrait bien l’avoir compris et préférer ne pas prendre le risque d’une diffusion du film dans une case "enquête". Mais comme M6 a acheté le documentaire, la chaîne chercherait à le diffuser dans une case spéciale pour, éventuellement le rendre encore plus sensationnel. Peut-être en prime-time, tout comme la diffusion d’un (mauvais) téléfilm de fiction. Car avec ce revirement de situation, c’est bien ce que M6 semble admettre : que Leaving Neverland n’est qu’une fiction, jouée par deux acteurs. Et pas une (contre-)enquête...

MJ Factuel, collectif francophone (MJFrance, MJStreet, MJBackstage, MJLegend, On The Line, Salut Les Fans! Hector Barjot, OnMJFoosteps)

Dzgxc82WsAASLMo